C’est la transition entre le soin passif et l’activité physique avec une prise en charge de soi-même par la compréhension de la zone douloureuse, de la position non douloureuse vers un travail du corps en globalité.

Le travail se fait en prise en charge individuelle du patient et évolue par objectif en fonction des pathologies du patient :

-Pathologies des disques intervertébraux (dégénérescence discale, hernie ou protrusion discale)

-Arthrose (apparaît souvent sur les processus articulaires, c’est une usure pathologique du cartilage articulaire). La meilleure prévention de l’aggravation de l’arthrose est de mobiliser l’articulation, sans charge.

-Pathologies ligamentaires vertébrales

-Spondylolisthésis (glissement d’une vertèbre vers l’avant)

-Lombalgie

Travail de la ceinture scapulaire ou épaule (redonner un tonus musculaire équilibré et une bonne proprioception de la ceinture scapulaire).

-Prolapsus ou fuites urinaires (exercices de renforcement abdominal en pensant en priorité à la contraction du périnée et au transverse de l’abdomen)

Prévention des pathologies vertébrales par :

-L’engagement du centre (permet une bonne stabilité de la base de la colonne

-Travail de la mobilité vertébrale (permet une meilleure répartition des contraintes)

Travail de placement et mobilité du bassin (ré-équilibrage des appuis, anté-rétroversion du bassin, exercices de renforcement des stabilisateurs du bassin, exercices d’étirements actifs, étirements des extenseurs du rachis, fléchisseurs et extenseurs de hanche)